Mise à jour : 05/02/2019

| |Fermer la fenêtre|

Mairie de Varennes

Population : 201 habitants

3 rue du Bois

Superficie du territoire : 700 hectares
80560 Varennes Maire : Sylvie BROOD
Tél. / Fax : 03.22.76.45.54 Canton d'Acheux-en-Amiénois
E-Mail : mairie.varennes80@wanadoo.fr

|Vie municipale|Économie|Vie associative|Manifestation|Patrimoine & Tourisme|


 

Vie municipale

Composition du Conseil Municipal :

Maire :  Sylvie BROOD

1er Adjoint : Lionel CUVILLIER

2ème Adjoint : Eric VAN STEENKISTE

Conseillers municipaux : Jean-Marie QUEQUET, René COUILLET, Michel GIROT, Gérard OMIEL, Vincent GIROT, Sylvain COLLET, Bruno LEGGERIE.

Délégués communautaires :

Sylvie BROOD (Titulaire)
Lionel CUVILLIER (Suppléant)

Permanence :

Lundi : 18h00 - 19h00
Jeudi : 14h00 - 15h00

haut de page

Économie

Un transporteur, un menuisier, un maçon.

haut de page

Vie associative

Le Foyer Rural
Le Club Varennois d'Assistance Radio

haut de page

Manifestation

Dimanche 05 mai

haut de page

Patrimoine & Tourisme

Un peu d'histoire...

De WARENNAS en 1064, le nom de Varennes apparaît en 1248. Le village de Varennes est, sans contredit, le village le mieux bâti du département de la Somme; les rues sont coupées à angle droit et sont disposées de manière à former une croix grecque. Cet alignement est dû à un seigneur de Mailly, Philippe de Moulin, qui possédait la terre de Varennes vers le milieu du XVIème siècle. Le territoire de la commune est situé à 150 mètres d'altitude. En 1883, il y avait à Varennes un atelier de construction d'instruments aratoires (Defosse-Delambre).

Une partie de l'église de Varennes est construite sur souterrain refuge dont l'entrée principale n'est pas connue. Les premiers qui l'ont visité y sont descendus par une ouverture pratiquée dans la paroi d'un puit qui se trouve près de l'église; d'autres y sont parvenus par une ouverture trouvée il y a trente ans dans une cour où l'on creusait une citerne.

L'anecdote : Le Christ faisant son entrée triomphale dans Jérusalem

Ce groupe en bois polychrome représente le Christ faisant son entrée triomphale dans Jérusalem. Appelé couramment "ch'bon diu à beudet", il est sculpté grandeur nature et en ronde bosse (trois dimensions), à partir de trois blocs de chêne, et pèse environ 400 kg. Il fut sculpté en 1662 et probablement donnée par l'abbaye de Douai à Clairfay en 1670. En 1790, pendant la Révolution, la suppression des ordres religieux entraîne la vente de l'abbaye aux citoyens Faton et Berly. Selon la légende, quatre chevaux attelés par les habitants de Léalvillers n'ont pas réussi à l'emmener, et c'est Baptiste de la paroisse de Varennes, à l'aide d'une charrette traînée par un âne qui le transporta à l'église du village.

haut de page